La flexibilité psychologique ou l’art de composer avec les émotions

Mélissa Normandin-Roberge, coach en affaire, conférencière et experte en paillette.

J’aide les organisations, les entrepreneures, et les femmes à se démarquer, à prendre conscience de leur valeur et à faire briller complètement leur potentiel pour avoir une vie ou une entreprise qui leur ressemblent complètement.

J’ai eu la chance au cours des dernières années d’aider des entrepreneurs et des experts phénoménaux. Je tiens maintenant à vous les faire connaître en leur donnant une place dans mon blogue.

Elles propageront avec moi le grand pouvoir de la paillette.

Ensemble nous aiderons des milliers de femmes de partout à se rappeler que plus rien ni personne ne pourra nous empêcher de briller!


Par : Aglaé Lemarchand

Tu as sans doute déjà connu ce moment où tout vacille autour de toi. Le moment où tu as l’impression que tu vas imploser ou exploser. À l’intérieur de toi, c’est le chaos : un mélange de sensations, d’émotions et de pensées qui tourbillonnent comme dans un cyclone.

Stratégies de survie

Tu tentes alors de t’en sortir sans trop de douleur, à l’aide de solutions déjà expérimentées :

  • La fille forte et en contrôle : tenter de maintenir le cap, tant bien que mal. Faire comme si de rien n’était en espérant que ça va finir par passer. Mais finalement, l’armure craque petit à petit et tu ne te sens pas mieux pour autant.
  • L’autruche : tu avances dans la vie en tentant de te persuader que tout va bien et tu y arrives… presque… Mais un jour, toutes ces émotions t’envahissent à nouveau et tu ne sais même plus pourquoi tu te sens comme ça, d’où ça vient.
  • Le repli, ou le fait de devenir l’ombre de toi-même. Tu t’investis au minimum dans ton quotidien, en espérant retrouver ton énergie et tes forces. L’envie de partir seule sur une île déserte est très, très, très tentante. Tu te dis qu’une fois seule sur la plage avec ton cocotier, tu n’auras plus besoin de gérer le travail, les enfants, le ménage, les relations… Mais bon, finalement, tu t’ennuies de tes proches, tu t’ennuies de toujours manger la même chose et tu te demandes à quoi tu sers ou si c’est vraiment ça que tu voulais…
  • La technique du K.O. : exprimer de façon assez directe et sans gants blancs tout ce que tu as sur le cœur. Avoir retenu trop longtemps les mots font qu’ils finissent par sortir comme un coup de poing. Malheureusement, tu n’en sors pas indemne car cela écorche ceux que tu aimes et te mets dans l’embarras dans plusieurs sphères de ta vie… Et ce n’est pas ce que tu veux!

Et si on faisait la paix? Finie la lutte

En fait, ce que tu voudrais, c’est simplement être bien avec toi-même et avec les autres, et te sentir à ta place. Toi et moi, on a essayé de pelleter nos émotions dans la cour du voisin, pensé que c’était définitivement réglé et cru qu’on en était débarrassé. Ou encore, on a tenté de les contrôler parce que « Oui, le contrôle, on connaît ça! », et, habituellement, pour le quotidien, ça ne fonctionne pas si mal!

 À court terme, ça semble fonctionner, mais à long terme, ça revient, encore et encore. Et parfois pire parce que cela s’accompagne de culpabilité, de déception et de jugement négatif envers soi-même. Donc, comment s’en sortir?

Mes émotions, des alliées?

Les émotions sont des signaux d’alarme qui m’indiquent que quelque chose se passe en moi. On a souvent l’idée qu’être émotive, ce n’est pas bon…mais si c’était simplement notre interprétation des émotions qui dérangeait? Les émotions, même les moins agréables, servent à nous protéger, à nous informer sur nos besoins. C’est une réaction adaptative à l’environnement. Il est important de rester attentive à ce signal, de l’entendre, pour pouvoir ensuite choisir notre comportement en fonction du contexte. 

Comment dealer avec ses émotions? Flexibilité et acceptation

  • Se rappeler que les émotions sont temporaires et finissent par passer. L’intensité varie aussi selon les moments. As-tu déjà essayé de donner un chiffre de 0 à 10 pour évaluer ton émotion? C’est bien rare que tu restes à la même intensité toute une journée.
  • Prendre un temps d’arrêt, un temps d’observation, ralentir, afin de savoir ce qui se passe à l’intérieur de toi. Cela va te permettre de voir les choses différemment et d’ajuster tes comportements, de choisir ce que tu veux faire en fonction de tes valeurs. 
  • La distance permet aussi de te détacher des pensées automatiques qui viennent teinter l’interprétation de la situation. 
  • Se mettre en action, même si tout n’est pas parfait et réajuster ses choix, ses buts en fonction du contexte donné.
  • Être dans le moment présent, tolérer l’inconfort, se rappeler les forces sollicitées dans le passé.
  • Faire preuve d’auto-compassion : se traiter avec douceur, comme on le ferait avec un proche, en prenant soin de soi et de ses relations.

Finalement, s’accorder le droit de pleurer, d’avoir mal, de rire, d’être émue…  Parce que oui, ça arrive à tout le monde et c’est juste normal, c’est juste humain. Et toi, que fais-tu pour prendre soin de ton humanité?

Aglaé Lemarchand, D.Ps.