Les 10 preuves qu’il est temps de lâcher prise

Ce fameux lâcher-prise qui semble tellement inaccessible, hors de portée, et tout simplement impossible à atteindre. Il est difficile d’y accéder parce que, bien souvent, nous n’avons pas la capacité de faire confiance en ce qui sera. Dans d’autres situations, c’est tout simplement parce qu’on refuse de faire les deuils nécessaires pour avancer.

Voici les 10 signes qui prouvent hors de tout doute qu’il est temps de lâcher prise.

Je passe à l’instant au “TU” pour que tu comprennes mieux QUE C’EST LE TEMPS D’APPLIQUER LE “GO WITH THE FLOW” !

1- Quand tu réalises qu’une situation X te fait plus de mal que de bien. 

Quand ça fait plusieurs semaines que tu dors moins bien, que tu te rends bien compte que le stress est immensément présent dans ton quotidien, que tu as des sautes d’humeur, que l’anxiété est vraiment à son comble, c’est donc que la douleur que tu t’infliges n’a plus sa raison d’être.

2- Quand tu réalises que ton énergie n’est pas à son top

C’est donc signe que tu gaspilles énormément de ton carburant vital à essayer de faire progresser une situation sur laquelle tu n’as, de toute façon, aucun contrôle. En tant qu’être humain, il est normal d’avoir parfois des moments de fatigue, mais nous sommes aussi programmés pour générer de l’énergie. Si ton focus est actuellement au mauvais endroit, c’est sans doute le moment de relâcher ce qui te freine.

3- Lorsque tu as l’impression de faire du surplace

Tsé, quand tu tournes en rond… pis tu tournes, pis tu tournes, pis tu tournes, pis tu progresses pas pantoute. Pis tu continues d’avoir les mêmes résultats, sans changements. BEN, C’EST ÇA : LÂCHE PRISE !

Pour l’anecdote : j’ai été profondément amoureuse d’un homme pendant 4 ans. Un magnifique grand brun de 6 pieds 3, aux yeux divinement bleus… PENDANT 4 ANS. À espérer, à attendre, à avancer, à reculer, parce que lui, il ne bougeait pas. Et je me suis acharnée. En pensant que ça allait débloquer. Jusqu’au jour où je me suis rendu compte du ridicule de la chose, et qu’il était siiiiiiiiiiiii lâche et peureux. Que je ne pourrais jamais le changer. C’était à moi de me détacher. 

P.-S. J’aurais aimé terminer cette anecdote en te disant que c’est finalement lorsque j’ai lâché prise qu’il m’a demandé en mariage, mais, ça non plus, ce n’est pas arrivé. Au moins, je ne suis plus dans cette situation toxique. 😉

4- Quand tu n’arrives plus à sourire

Quand ça fait plusieurs jours, semaines ou même mois que plus rien n’arrive à te faire même sourire, juste un tantinet. Que tu ne fais que penser à la spirale négative de ta vie qui t’entraîne vers les plus bas fonds de la galaxie (j’exagère à peine), c’est souvent signe que tu dois capituler et t’incliner pour pouvoir vivre autre chose. Un sourire, c’est pas mal la base du bonheur et de la joie. Je dis ça d’même.

5- Lorsque tout est bizarrement plus ardu

Quand on s’acharne sur quelque chose, on provoque en même temps un désalignement. Tout devient plus difficile. Les obstacles s’enchaînent les uns après les autres. Les moments “tough” deviennent encore plus fréquents, et les synchronicités disparaissent comme par magie. Quand quelque chose doit arriver, ça arrive. Comme ça. Avec facilité. Aisance. La persévérance est excessivement importante dans plusieurs sphères de notre vie, mais il faut faire attention à ne pas la confondre avec l’entêtement. On n’a pas toujours à se battre pour obtenir quelque chose. 

6- Lorsque ta tête n’écoute plus ton coeur

Au fond de toi, tu sais… Ton instinct, ton intuition, tout ton être t’indiquent le chemin, mais en bonne humaine que tu es, tu fais ta “tête de cochon” en te branchant uniquement sur ton côté cérébral. En fait, ton égo veut simplement avoir raison et prouver hors de tout doute que c’est lui qui détient la vérité. Alors que le coeur sait… Toujours…

7- Lorsque ton corps te fait comprendre que c’est le temps d’arrêter

Parfois, ça prend un cri d’alarme de ta machine. Qui te mets KO le temps d’un week-end parce que tu refuses d’écouter ce qui est pourtant tellement évident : ÇA SUFFIT ! 

Encore une petite anecdote. Toujours avec le même homme, qui m’aurait fait vendre ma mère simplement en me regardant. Je suis devenue sourde. Je sais que c’est à cause de lui (bon... pas directement à cause de lui, mais à cause de cette situation. Par contre, pour les besoins de la cause et parce que ça ajoute au mélodrame, je vais dire que c’est de sa faute).

J’ai perdu l’ouïe du côté gauche, et j’ai encore l’impression, puisqu’il n’y a aucune cause ni raison médicale, que c’est vraiment parce que je refusais d’entendre ce que toute cette situation avait à m’apprendre. J’ai préféré faire la sourde oreille. (Pognestu le jeu de mots extraordinaire ?).

P.-S. J’aimerais beaucoup te dire que ma surdité est disparue après avoir enfin réussi à “flusher” mon grand mystérieux aux yeux bleus, mais non… je pense qu’il était déjà trop tard !

8- Quand ton cerveau part dans toutes les directions en te racontant les pires histoires du monde

On sait que l’anxiété vient du fait qu’on nourrit un “futur” qui n’existe même pas encore. On peut donc commencer à s’imaginer mille et un scénarios, tous plus farfelus les uns que les autres. Lorsqu’on a de la difficulté à lâcher prise, c’est souvent aussi le prétexte parfait pour notre tête de commencer à nous jouer des tours en concevant des trucs qui n’ont pas de sens. 

9- Quand tu as le souffle court

Tsé, quand tu réalises que ça fait quelques heures que ta respiration s’est arrêtée à peu près au niveau du haut de la gorge, et que tout le reste de ton appareil respiratoire (le diaphragme pis toute pis toute), ne fait pas son travail. Que juste le fait de prendre une profonde respiration te permettrait justement de relâcher ce à quoi tu t’accroches depuis quelque temps. 

10- Quand tu pleures, que c’est triste, que c’est pas beau, que c’est chaotique, que ça fait ben ben mal

Je sais pas trop ce que je pourrais ajouter d’autre, si ce n’est qu’on a parfois acheté la croyance que la vie, ce n’est pas facile, que ça fait mal, que le bonheur n’est pas pour tous, que la vie est un combat… Ce n’est pas tout à fait faux. Sauf que tout est un choix. De rester dans une situation qu’on sait ne pas être bonne pour nous n’est peut-être pas non plus la solution. De vouloir avoir raison à tout prix, au détriment de tout ce qui nous entoure, n’est certainement pas la bonne avenue à prendre. 

Tsé, au fond, le lâcher prise, c’est de pouvoir prendre assez de recul pour se détacher, en étant parfaitement lucide par rapport à ce qui se passe, et en sachant qu’il faut faire confiance que tout se placera en temps et lieu. 

En attendant, respire un bon coup, belle fille ! Relâche ton emprise sur ce qui te fait souffrir, et continue d’avancer ! Et si le fait de le faire enfin t’amenait exactement là où tu souhaites depuis le début

Essaie-le. Tu ne perds rien !